En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin d'assurer le bon déroulement de votre visite et de réaliser des statistiques d'audience.

Le patrimoine de la commune

L’église

L’église primitive servait de 4 tour à l’enceinte. Elle fait partie des églises fortifiées avec une seule nef très haute et percée au sommet : le clocher est roman, carré et massif. Les façades sont plates. Le porche élémentaire est formé d’un avant toit supporté par 2 colonnes. En 1868, l’église s’effondre mais dans la nouvelle église, deux cloches de l’ancien édifice furent conservées.

L’aqueduc romain du Gier

La commune possède sur son territoire la trace des aqueducs construits par les ingénieurs romains. Les aqueducs permettaient d’approvisionner Lyon en eau potable. Il en existait 4 dont celui du Gier qui est long de 75 km. Il date du 1 ou du début du 2 siècle. Il traverse 11 communes de la Loire, et 12 du Rhône.

Orliénas : ville d'eau

À 500m du bourg en contrebas de la route de Soucieu, dans le vallon de la Fontaine se trouve une source qui a fait la célébrité d’Orliénas à partir de la fin du 18. C’est en Mai 1779 que le propriétaire de la source après analyse obtient l’autorisation de l’exploiter et il arrangera ainsi les abords. Une partie de l’eau est mise en bouteille sous l’appellation « eau minérale d’Orliénas ». On construit une route pour l’acheminement des curistes et on y trouve encore aujourd’hui, à l’intersection  de la D42 et la route de St Etienne, une borne avec la date 1781. Il fut également construit « l’hôtel des eaux ». Cette source disparut au 19e siècle.

La famille des Luigini

C’est une famille d’artistes du 19 / 20 siècle. Alexandre, le père, est chef d’orchestre, compositeur et directeur de musique de l’opéra comique. Son épouse était une fille d’Orliénas. Ferdinand, son fils, mort en 1943, était peintre-paysagiste. Il exposait au salon d’artistes français et à la nationale des beaux arts, ainsi qu’à Londres. Aujourd’hui, une rue nous rappelle que cette famille habitait autrefois Orliénas.

Le "Vieil Orliénas" (le castrum)

Ancien prieuré fondé par les bénédictins de l'Abbaye d'Ainay au 9ème siècle, avec ses remparts et ses trois tours (l'église occupe la place de la quatrième) et sa statue de la vierge du 16ème siècle "La Source" de la Fontaine à l'eau ferrugineuse aux vertus curatives et qui possède sa chanson Une borne datée de 1781 aux Sept Chemins Au cimetière, une très belle croix et quelques tombes anciennes.