Le site de la mairie d'Orlienas utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

LE MOT DU MAIRE

Ce site est le reflet de la vie de notre village. Riche de son patrimoine et de son histoire, Orliénas vit par ses associations, les évènements qui l’animent et les différents services que vous y trouvez. Nous souhaitons que vous puissiez découvrir dans ces pages, l’information que vous recherchez et que vous y reveniez. Mais plutôt qu’un long discours… parcourez le !

En 1951, la municipalité d’Orliénas achète les terrains pour réaliser la future place François Blanc. Elle sera inaugurée deux ans plus tard. La commune d’Orliénas compte alors 721 habitants. Nous sommes aujourd’hui 2435. Le castrum est alors enchâssé dans un ensemble de petites maisons et dépendances. Les équipes municipales successives vont s’attacher à sortir ce patrimoine architectural de sa gangue pour le mettre en valeur. Les rues étroites, les maisons vétustes, voire insalubres, vont faire place petit à petit à des espaces plus aérés, pour le plus grand plaisir des riverains et des promeneurs. Le village prend le visage que nous lui connaissons aujourd’hui.

Le paysage institutionnel a aussi beaucoup changé depuis le début des années 50. L’état a transféré de plus en plus de compétence aux communes. Leurs champs d’action se sont élargis au rythme des exigences des habitants. La responsabilité des élus municipaux s’est accrue. Les périmètres d’interaction des habitants se sont étendus, dépassant largement les frontières administratives issues de la révolution puis de la troisième république. Les communes se sont regroupées dans des syndicats, des communautés de communes, maintenant dans des communes nouvelles. La métropole de Lyon a succédé à la Courly, amputant le département du Rhône des trois quarts de sa population.

Nous pouvons tous mesurer l’importance des changements intervenus dans notre environnement.

Que sera Orliénas dans 70 ans ? Difficile de répondre avec certitude à cette question. Cependant je voudrais partager avec vous quelques convictions.

La dématérialisation des actes administratifs et la transition numérique renforcent les communes comme acteur de proximité. Elles devront assurer de plus en plus ce rôle de contact, d’identification à un lieu, à une histoire. Elles seront garantes du lien social et des solidarités nouvelles qui se créent.

En contrepartie, elles vont devoir renforcer leur coopération pour améliorer l’efficience des services qui leur seront dévolus. A la dimension géographique qui reste prépondérante vont s’ajouter de nouvelles interactions, qui contribuent à un remodelage des « bassins de vie ».

Les communes seront aussi les premiers acteurs d’un développement plus durable, au travers d’une plus grande sobriété énergétique et de manière plus globale dans une meilleure utilisation et préservation des ressources naturelles, indépendamment des clivages politiques, car la commune reste le lieu privilégié de notre démocratie pour favoriser l’émergence de l’intérêt général dans le respect des spécificités locales.

Thierry Badel