En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin d'assurer le bon déroulement de votre visite et de réaliser des statistiques d'audience.

LE MOT DU MAIRE

Ce site est le reflet de la vie de notre village. Riche de son patrimoine et de son histoire, Orliénas vit par ses associations, les évènements qui l’animent et les différents services que vous y trouvez. Nous souhaitons que vous puissiez découvrir dans ces pages, l’information que vous recherchez et que vous y reveniez. Mais plutôt qu’un long discours… parcourez le !

 

Agir pour maintenir le lien social

Le 21 mai, la commune a participé à la manifestation régionale du « printemps des cimetières ». Au travers de la valorisation du patrimoine de ce lieu de recueillement et de souvenir, les visiteurs étaient aussi invités à voyager dans l’histoire de notre commune. Au gré des panonceaux placés dans les allées, vous pouviez découvrir la vie de ces familles et de ces habitants qui ont façonné l’histoire de la commune d’Orliénas.

 

Les communes françaises ont été créées à la Révolution française le 14 décembre 1789. Elles constituent un maillage fondamental pour notre démocratie. Les premiers syndicats de communes apparaissent dès 1890. La création des intercommunalités, nées avec les lois de décentralisation, répond à la nécessité de fédérer les communes pour leur permettre d’exercer pleinement et efficacement leurs nouvelles compétences. Comprendre l’histoire de nos collectivités nous aide à mieux appréhender ce fait intercommunal qui est devenu une réalité incontournable et porteuse d’avenir. Il est illusoire, voire même dangereux, de vouloir opposer ces différentes organisations. Les communes sont le lieu de notre vie quotidienne, le lieu où s’exerce le lien social, celui qui nous rassemble au-delà de nos différences d’opinions. Ce lieu d’identité qui nous unit et cimente notre société doit rester fort. Croire que nous pourrons maintenir des communes fortes sans développer des intercommunalités fortes relève du non-sens historique. Nous constatons tous que notre société évolue très vite, le passé nous aide à voir ces modifications, mais rester à regarder le passé ne suffit pas pour construire l’avenir.

 

Dans ce contexte, notre rôle d’élus est complexe. Nous devons gérer le quotidien et nous devons aussi préparer l’avenir. Nous devons concilier des échelles de temps antagonistes. Le temps administratif lié aux procédures de sécurisation des actes s’éloigne de plus en plus du temps civil que l’internet et la digitalisation de l’économie accélèrent. Nous devons appréhender les craintes générées par ces changements et anticiper les besoins de nos concitoyens. La notion même de l’intérêt collectif se confronte au renforcement de la sphère individuelle.

 

Eviter que les tensions engendrées par ces différents écarts et par ces incertitudes ne prennent le dessus est aussi une préoccupation que doit avoir un élu. Agir pour maintenir le lien social : écouter, dialoguer, comprendre les préoccupations de chacun, mais aussi choisir pour garantir l’avenir de tous, constitue un des piliers de mon engagement d’élu et des autres conseillers municipaux.

 

Dans ce numéro, nous fêtons les dix ans du festival FreeSons. Cette manifestation musicale tient sa réussite d’abord dans les ingrédients qui la constituent : le cadre historique et patrimonial remarquable, la qualité et la variété des groupes musicaux, l’ambiance conviviale et festive des soirées qui se succèdent. Certes l’animation de ces spectacles génère aussi quelques réticences de riverains, et les organisateurs s’efforcent de réduire les nuisances. Mais la principale réussite tient dans le rassemblement et le plaisir de tous les acteurs : musiciens, organisateurs et bénévoles, spectateurs.

Partager ces moments de convivialité reste un des fondements du bien-vivre ensemble.